Imprimer

Mythes ou réalités

Cette section présente une série de questions qui t’aideront à mieux comprendre la problématique de la violence conjugale. Tu peux tester tes connaissances sur les mythes et réalités, vrai ou faux.

Mythes ou réalités

 

1 -   Une personne commet un viol parce qu’elle ne peut pas s’empêcher de satisfaire un besoin sexuel?

 

2 -   La jalousie est une preuve d’amour, c’est une preuve que l’on tient à l’autre.

 

3 -   La violence psychologique précède la violence physique.

 

4 -   La plupart des viols sont commis par une personne que la victime connaît.

 

5 -   L’agresseur est le seul responsable du viol qu’il a commis. La victime n’a pas à se sentir coupable.

 

6 -   Lorsqu’une fille fait en sorte qu’un garçon soit sexuellement excité, elle doit également faire en sorte qu’il soit sexuellement satisfait.

 

7 -   Les personnes violentes dans leur relation amoureuse ne viennent pas nécessairement d’un type particulier de classe sociale.

 

8 -   Si une personne poursuit une relation où il y a de la violence, c’est que les actes abusifs ne doivent pas être si graves.

 

 

Mythes ou réalités

(réponses)

 

1 -   Réponse :        mythe.

Le viol est un acte de violence et d’agression, il a comme but de dominer, de contrôler et d’humilier la victime.

 

2 -   Réponse :        mythe.

Être jaloux ou jalouse signifie que l’on sent la relation menacée et que l’on craint de ne pas se montrer à la hauteur. La jalousie peut aussi être un signe que l’on considère l’autre  comme étant notre possession, elle devient alors un prétexte pour contrôler l’autre.

 

3 -   Réponse :        réalité.

La violence physique est toujours précédée ou accompagnée de violence psychologique. Cette dernière se révèle plus difficile à détecter, mais les conséquences s’avèrent aussi graves sinon plus pour la victime, car le contrôle s’exerce de façon beaucoup plus subtile.

 

4 -   Réponse :        réalité.

 En effet, le viol n’est habituellement pas commis par un inconnu qui se précipite sur une personne qui passe. Santé et Bien-être social Canada (1990) rapporte que 84 % des femmes agressées sexuellement connaissaient l’agresseur et que 57% des viols ont été commis au cours d’une sortie.

 

5 -   Réponse :        réalité. 

La victime est la personne qui souffrira dans son corps, dans son âme et qui verra sa vie changée. Ce n’est pas parce qu’elle est sortie avec un partenaire violent qu’elle devient responsable des gestes de l’autre. L’agresseur a le choix de se contrôler. Il est donc responsable du viol.

 

6 -    Réponse :        mythe.

Personne n’est obligée d’avoir des relations sexuelles simplement parce qu’une autre personne est sexuellement excitée. Chacun et chacune a le contrôle de son propre corps.

 

7 -     Réponse :        réalité.

Les personnes violentes sont issues de toutes les classes sociales : riches, pauvres, instruites, non instruites, citadines, campagnardes, immigrantes, citoyennes canadiennes, etc.

 

8 -     Réponse :        mythe.

 Les personnes peuvent poursuivre une relation où il y a de la violence pour plusieurs raisons : la peur, la confusion, la dépendance (pour les femmes adultes, la dépendance financière), la perte de confiance en soi, la difficulté à détecter l’abus, l’espoir que l’autre va changer…