Imprimer

Le cycle

On qualifie souvent le cycle de la violence de cercle vicieux… et avec raison!  Les multiples conséquences résultant de cette dynamique sont désastreuses autant pour toi que pour tes enfants. Voici comment se vit la violence conjugale.

Tout d’abord, il est important de dire qu’en général, la violence s’installe petit à petit, par de petites manifestations. Au début, tu peux fermer les yeux, te dire que la situation s’améliorera et que tu pourras même «l’aimer assez, pour le changer».

Il est possible que tu ne vois plus « les petites violences quotidiennes », ton seuil de tolérance augmente en même temps que la violence. Tu seras tentée de t'adapter à la situation en modifiant tes comportements et tes attitudes mais la violence continue, le cycle s’installe. Avec le temps, tu risques de vivre une telle impuissance que ta sécurité et celle de tes enfants pourront être compromises.

Le cycle

La violence conjugale est un processus évolutif.  Le comprendre est la première étape pour le briser et il est difficile de le briser sans aide extérieure.  C'est un CERCLE VICIEUX dont les conséquences sont désastreuses autant pour les femmes que pour les enfants.  Nous pouvons t'aider....

Première phase : la tension du conjoint monte, créant un climat de peur et d'anxiété chez la victime.

Celui-ci utilise de la violence verbale et psychologique et tu peux « faussement » croire que tu pourras contrôler la situation en tentant de faire baisser la tension. Avec le temps, ton seuil de tolérance augmente, les réconciliations se font rares et les petites violences quotidiennes plus nombreuses. Tu vis une telle impuissance que ta sécurité et celle de tes enfants sont compromises.

Deuxième phase : généralement courte et dévastatrice, c'est l'explosion soit verbale, psychologique, physique, sexuelle ou économique.  Tu te retrouves en état de choc, traumatisée, les idées et les sentiments confus et un profond sentiment d'injustice.  Peut-être ressentiras-tu de la colère et même de la honte...  Peut-être même que tu arriveras à penser que toi aussi tu es violente en te défendant pour te protéger ou protéger tes enfants.  Dis-toi bien que tu n'es pas responsable de cette violence que tu subis.

Troisième phase : ton conjoint tentera de se justifier avec toutes sortes de raison : les enfants turbulents, le stress au travail, l'alcool, le manque d'argent, une enfance difficile et bien d'autres qu'il saura trouver.  Suite à ce cortège de justifications,  tu doutes de tes perceptions et te sens responsable de ce qui arrive. Tu décides que tu vas l'aider et ta colère s'envole.....

Quatrième phase : les excuses de ton conjoint abondent de même que les promesses.  Il redevient gentil, charmant et amoureux, parle de thérapie et même d'un possible suicide.  Et toi, tu retrouves l'homme que tu aimes, tu crois à un possible changement et l'espoir que tout désormais se vivra dans le meilleur des mondes.

Tôt ou tard ce cycle infernal refera surface et dis-toi bien une chose :

                      La violence n'est pas une PERTE de contrôle mais une PRISE de contrôle